Théière

Il y avait une chouette théière dans la cuisine qui ne demandait qu’à être modélisée. En plus du design scandinave très esthétique, l’objet présente une sérigraphie discrète que je voulais reproduire.

Les difficultés

Le raccord du bec avec le corps de la théière

C’est un point que j’ai toujours du mal à cerner aujourd’hui. Un objet Blender se définit par des faces, et comme le préconise divers tutos, plutôt des quadrilatères. Et afin de lui donner de jolies courbes on lui applique un modificateur ‘subsurf’ + un ‘smooth’.

Dans la plupart des cas, cela fonctionne très bien. Par contre quand on doit raccorder 2 parties selon une intersection non plane (comme ici), on constate rapidement qu’il n’est pas possible de faire correspondre les maillages (edge loop) des 2 parties à raccorder. L’intersection produit des vertices séparés de façon hétérogène et des surfaces qui ne sont plus quadrilatères et peuvent présenter des angles concaves. Le ‘subsurf’ + ‘smooth’ n’aime pas ça du tout! Au mieux, il fait apparaître des facettes qui cassent la continuité de la surface de l’objet; au pire, il apparaît des artefacts impossibles à tolérer.

J’ai eu beau chercher, je n’ai pas trouvé de tuto apportant une solution universelle à ce problème. A chaque fois, je bricole!

Ici, pour commencer, j’ai raccordé les 2 parties via la fonction ‘Intersect’ puis supprimé les faces qui ne servaient à rien. Pour souder les parties, j’ai appliqué une suppression des doublons (‘Remove Doubles’). Le résultat est un raccord brut avec tous les défauts décrits ci-dessus.

Ensuite j’ai supprimé les edges liant l’intersection au corps de la théière, isolant le bec. Puis, j’ai fait le nettoyage dans les vertices de l’intersection en ‘dissolvant’ ceux qui n’étaient pas dans le prolongement des edges du bec. J’ai essayé autant que possible de lisser à la main la position des points de l’intersection.  J’ai reconstitué la topologie entre le bec et le reste de la théière au jugé en tirant des edge des points de l’intersection  au bord du corps de la théière.

Pour finir j’ai défini à la main  un contour d’edge autour de l’intersection. Ce contour a pour effet de contrôler l’arrondi autour de l’intersection. Le résultat est le suivant.

Ce n’est clairement pas parfait (certaines faces ne sont plus des quadrilatères. On peut réduire un peu les effets sur les courbures en déplaçant manuellement certains vertices) mais les défauts ne sont pas trop visibles si on ne regarde pas de trop près. Et avec la transparence du matériau, le rendu me semble acceptable.

La sérigraphie

Le motif de la sérigraphie a été fait sous Inkscape (le plus compliqué a été de prendre en main le logiciel mais c’est un investissement rentable qui m’a servi pour d’autres modèles). Le motif est donc finalement un ensemble de lignes et de points noirs avec un fond transparent (alpha à 100%) exporté au format PNG en 2048×2048 pixels.

L’image sert, via un node ‘mix shader’, de base à un matériau qui :

  • applique le shader du verre là où l’image est transparente
  • applique un shader opaque (ici blanc) là où l’image est noire

Le setup (très basique) est le suivant :

Pour que cela fonctionne, il faut déplier (Unwrap), la zone où on applique le matériau et ajuster les faces de la zone dépliée à l’image.

Il faut néanmoins être conscient de quelques subtilités :

  • Le maillage de la zone où on veut utiliser l’image doit être aussi homogène que possible. En particulier, il ne faut pas avoir de face allongée sous peine d’avoir des déformations très moches.
  • Il apparaît que quand on applique plusieurs matériaux différents sur un même maillage avec un ‘subsurf’ + ‘smooth’, les frontières entre les matériaux ne correspondent plus aux frontières du maillage. Pire cela peut induire des déformations importantes aux matériaux de part et d’autres de la frontières. Mon rendu subit cela même si ce n’est pas extrêmement flagrant (du coup j’ai fait avec).

Le thé

Le plus simple quand on veut modéliser un contenu, c’est de partir du contenant.

On sélectionne les vertice de la partie interne du contenant jusqu’au niveau que l’on souhaite pour le contenu. On duplique ces vertices. On peut en faire un objet à part entière (fonction ‘Separate’ ou raccourci P). Il suffit de fermer la forme pour avoir un contenu bien moulé au contenant.

On peut peaufiner en modélisant un ménisque du liquide le long de la paroi. La géométrie du ménisque est généralement trop fine pour être visible mais ses effets de réfraction sont eux bien visibles. Donc si le liquide est transparent et l’ordre de grandeur de la composition inférieur à quelques dizaines de centimètres, ce ménisque me semble une bonne idée (d’autant que ce n’est pas bien compliqué à faire).

Si on laisse en l’état, on a la paroi du contenant et l’extérieur du contenu qui se confondent exactement. Au rendu, cela va avoir des effets néfastes et les matériaux ne seront pas correctement restitués. Pour éviter cela, il suffit d’appliquer une très légère réduction d’échelle (scale avec un facteur très légèrement inférieur à 1 du genre 0.995) au contenu par rapport à son centre (approximatif).

Avec le recul

  • Comme déjà évoqué au-dessus, mélanger des matériaux sur des faces continues d’un même maillage ne me semble pas une bonne idée. D’autant, qu’ici, pour avoir des faces homogènes, j’ai appliqué une topologie plus dense sur la zone de la sérigraphie. Aujourd’hui, je pense que la meilleure méthode aurait probablement été de faire la sérigraphie sur un plan subdivisé indépendant et de plaquer ce plan sur le corps de la théière (via un transformateur ‘Shrinkwrap’); le setup du matériau doit alors être adapté avec un node de transparence à la place du node du verre.
  • En regardant de près on voit des effets d’échelle, des petits décrochements de continuité, dans les parties ou il y a des superpositions de matériaux avec réfractions. Autant, à certains endroits cela peut ajouter un peu de réalisme, par exemple à la soudure bec/corps de la théière. Autant à d’autres endroits, ça casse le réalisme, par exemple la réfraction du fond la théière dans le thé. Peut-être cela est-il dû à un ‘subsurf’ trop modeste (ici 2)?
  • Les matériaux mériteraient d’être retravaillés : verre trop transparent, thé sans effet d’épaisseur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.